NOTES

QUI JE SUIS

Je suis né à Turin le 28 décembre 1962 sous le nom de Ranieri, mais étant donné mes origines toscanes, il était naturel qu'il devienne Nëri, et il deviendra mon pseudonyme. * Je me consacre principalement à la peinture, mais aussi à la sculpture et aux arts appliqués, cette façon élastique de comprendre l'art à 360 ° ainsi que de travailler sur de multiples thèmes, m'a donné l'opportunité de voyager et de découvrir différentes cultures: Europe, États États-Unis, Moyen-Orient, Chine, Thaïlande, Philippines, Indonésie, etc... Je pense que toutes ces expériences "nomades" entre disciplines et cultures pour une osmose magique reviennent toujours au travail et qu'avant de s'exprimer avec son art, il faut essayer de rendre sa vie intéressante... sans doute le travail de l'artiste en bénéficiera.

* (les deux points sur le "ë" ne sont pas une dieresis mais des formes géométriques également liées à mon travail, mais aussi un hommage et un signe d'appartenance à une école d'artistes qui les ont utilisés dans leurs compositions et parce qu'en Toscane Neri se prononce avec le accent fort sur le "e", aussi petites curiosités: dans la crête familiale nous avons trois boules mais étant d'un esprit anarchiste les trois points que j'ai seulement sur mon nom... deux sur le "e", un sur le "i", puis étant amoureux de la vieille Citroën DS car c'est la seule voiture conçue par un sculpteur, je suis content de les avoir sur mon "ë" aussi!).

MY WAY

Quand ils m'ont demandé ce que je voulais faire quand j'étais enfant, j'ai répondu "comme maintenant", je ne voulais pas être astronaute. Je me souviens de mes quatorze ans et de ma première étude sur une nef d'une église en échange d'une photo, j'ai peint un grand tableau avec des marginalisés et des prostituées autour d'un feu intitulé "Peut-être que ce sera le dernier souper", ils ne l'ont jamais accroché , "peut-être" ils s'attendaient à une "Dernière Cène" disons plus classique, sans doute et au "Dogme". Puis les années d'étude au dessus d'un restaurant ouvert jusque tard dans la nuit, en échange d'un tableau par mois, d'une salle louée à l'heure ou par des gens de théâtre en tournée, où j'ai rencontré des journalistes noirs, des comédiens, des avocats du mala, artistes: Dario Fò, Franca Rame, Ruggeri, Albertazzi, etc. Toute la faute de ma grand-mère, le premier mouton noir (pour ainsi dire, fille d'un carabinier à cheval qui à un moment donné a tout laissé et tout le monde pour s'embarquer comme un "pirate?" Dans un navire qui a navigué dans les mers du Sud, mah ... son nom était Jolanda, peut-être pas par hasard), un grand peintre intellectuel et talentueux, à qui j'ai volé les feuilles pour y peindre. Je pense, à moi jeune, aux pèlerinages en Italie et dans toute l'Europe, faire connaissance avec Vedova, Munari, Scanavino, Tinguely, Bacon (naturellement au pub), etc; aux amis artisans qui m'ont transmis leur savoir, sans eux je ne pourrais pas souder, travailler des matériaux en pierre, sculpter du bois, graver, etc ... quand je prends un burin à la main ou un autre outil, je suis avec moi. Mes professeurs, comment ils m'ont mis en colère quand ils m'ont forcé à désapprendre à dessiner, ont ré-enseigné en utilisant le cerveau et pas seulement mon cadeau, "donne de la cire, enlève de la cire" (maître Miyagi / cit. De Karate Kid), j'ai appris de m'arrêter, de dominer ma partie impétueuse et volcanique. Probablement pas assez, ou le temps avait passé, la bagarre avec le professeur de sculpture dont je ne me souviens même pas du nom, est devenue épique, comme mon expulsion de l'Académie, mais j'avais mes bonnes raisons, je le referais aujourd'hui, d'autre part, même "Ezra et Ernest" *, ont fait de même, non? (Festa Mobile-Hemingway) * Comme il convient pour le script, j'ai sauté des repas pour acheter des couleurs, mais j'ai ensuite acheté des lots entiers et mangé dans les meilleurs restaurants du monde. J'ai fait de l'auto-stop, voyagé sur des véhicules difficiles à dire et à imaginer, des dames avec des cages volumineuses de poulets envahissant ma place quand j'ai essayé de voir la "Grande Muraille" depuis la fenêtre, y compris le vélo du dernier embarqué placé dans le couloir à 10 000 mètres d'altitude. Mais Ferrari avait également voyagé en première classe et à bord de jets privés. Jusqu'à la location d'un avion cargo (tout pour moi), pour que mes oeuvres puissent arriver «demain» à un émir. J'ai eu affaire à des gens de toutes nationalités et de toutes les couleurs, j'ai partagé de la nourriture et des idées, qu'ils soient camionneurs ou cheikhs. J'ai réussi à travailler dans les endroits les plus impensables, avions, grandes villes, hôtels, lieux de guerre, anciennes bases militaires, désert, tout et toujours au nom de mes rêves et de l'art, travaillant pour tout le monde et avec tout le monde, sans aucune distinction et préjugés: marchands d'armes, musiciens, politiciens, acteurs, footballeurs, intellectuels, poètes, architectes, cheikhs, pauvres et milliardaires, etc ... tous à leur manière m'ont donné quelque chose. Parfois j'étais accueilli dans des pays "difficiles" avec des soupçons et des mitrailleuses pointées, mais je le savais, la "Farnesina" m'avait prévenu. D'autres avec grande pompe, cérémonies et honneurs. En quelques heures, je suis passé des climats tropicaux des chemises collées à la peau aux climats arctiques, j'ai vu des métropoles et des couchers de soleil inoubliables si beaux qu'ils étaient des images de mauvais goût, j'ai rencontré des gens spéciaux de toutes les races et de toutes les classes, des amis proches. Il y a eu des femmes qui m'ont supporté et soutenu, même quand elles ne comprenaient pas que parfois quand je regardais par la fenêtre "je travaillais déjà", d'autres qui compliquaient et rendaient ma vie intéressante (je peux dire la mienne, avec mon bus: ceux que j'aimais, ceux pour l'ego, les importants et ce Taxi des femmes que j'aimais), un fils que j'ai grandi qui m'a donné des règles et des horaires. J'ai travaillé dans le domaine de l'art, de la peinture, de la sculpture, des arts appliqués, du design, du plus humble au grand travail (même des gadgets pour l'après-guerre du Golfe), toujours avec le même enthousiasme. En Asie, j'ai soutenu des projets gouvernementaux impliquant de faire des enfants qui se prostituaient, de leur enseigner un travail, enfin de les faire jouer et étudier, l'important n'était pas de retourner là où ils étaient collectés, pour moi c'est l'Art. J'ai peint, sculpté, soudé, gravé, dessiné, dessiné, écrit, souffert et me suis réjoui. Je n'ai jamais essayé de faire un travail qui était juste agréable mais je voulais qu'il ait quelque chose à dire avant tout, essayant toujours de donner des réponses inhabituelles hors de la chorale. J'ai eu de petites études inconfortables, d'autres grandes comme des entreprises. Boue fendue, travaux, machinerie, documentation et mon histoire, quand la rivière a pris possession de mon atelier, mais j'étais là. Réalisé des productions presque industrielles avec des équipes de collaborateurs, à ce moment-là je voulais faire mon art comme ça, apprendre les choses les plus éloignées d'un artiste qui aime la poésie: organisation, planification, affaires, citations, stratégies, comptes. Cette existence mienne se retrouve dans mon "travail", tout cela fait partie du plan de vie, puisque nous sommes tous un peu de tout et en même temps l'opposé de tout: imbéciles, pompiers, égoïstes, généreux, ingénieux, naïfs, ennuyeux, drôles, vagabonds, infidèles, révolutionnaires, fiables, poètes. Je n'ai jamais réussi et je n'ai jamais voulu faire la distinction entre l'Art et la Vie, pour moi c'est un ... "etc., car la soupe se refroidit"*. (Leonardo Da Vinci/cit. Du Code Arundel)*

Mission

Parola d'ordine: Mot de passe: Ecclettimo et Contamination
En tant qu'exploratrice de sensations, je travaille sur une ébauche de sédiments émotionnels, les gravant dans une bande imaginaire continue. Je combine les techniques traditionnelles avec les plus récentes et je base la peinture avec la sculpture pour travailler dans ce sens. Je pense à un "morceau" qui ne se termine que là où un autre commence...

Itinéraire

1976 Je me suis inscrit à l'école d'art. J'ai les professeurs Piero Ruggeri et Gino Gorza (il suivra mon travail dans les années à venir). Je suis particulièrement intéressé par la pensée du Bauhaus. J'ai commencé à travailler avec le groupe NP2, jusqu'en 1984, sur un projet jusqu'en 1994. Je visite les studios d'Emilio Vedova, Alberto Viani, Emilio Scanavino ... et je passe des heures très importantes avec Bruno Munari pour moi. Admis à plein succès à l'Académie des Beaux-Arts, je suis avec un intérêt particulier les leçons sur l'art américain d'après-guerre de Francesco Poli. Après une discussion houleuse avec un professeur de sculpture, je suis expulsé. Séjours d'étude à Londres et Paris, rencontre avec Bacon et Tinguely. J'ai installé ma première exposition dans l'espace d'un de mes amis et j'expose quelques oeuvres à la Faculté d'Architecture, je sous-traite une grosse commande de cuivre gaufré pour le Palais du Gouvernement du Yémen du Nord.
1985-1987 J'ouvre mon atelier. Je suis à la recherche de nouvelles opportunités d'emploi et je visite des studios d'architecture dans toute l'Europe en prenant en charge l'intégration de l'exposition Arts / I au Cloître S. Filippo Neri, avec la présentation de Gino Gorza. Je pense aux "sculptures habitables", grâce à un client illuminé elles deviendront des "cellules d'exposition" sur les salons de Milan / Cologne et j'interviens dans différentes résidences privées. Je travaille pour Must De Cartier.
1988-1990 Je présente les "sculptures utiles" (le mobilier des "sculptures habitables") et la première table en marbre léger et empilable pour les expéditions en conteneurs à air au Salone del Mobile à Milan. Contacts en Europe, États-Unis, Japon. J'inaugure le showroom du studio à Paris. Le studio va s'installer comme une petite usine pour produire en masse ces "meubles poétiques", nous aurons des magasins aux USA, en France et en Italie. Projet de sculpture de paysage pour Pyramide Z.A.C. à Paris Nord. Je travaille à Barcelone avec l'architecte Queraltò pour insérer des sculptures dans des contextes architecturaux. Je trouve que mon travail se rapproche d'un certain déconstructivisme (Coop Himmelblau). Je participe à la décoration de deux discothèques bien connues.
1991-1992 L'intérêt pour l'architecture japonaise est né en moi, en particulier je suis fasciné par l'installation des "jardins" et par Tadao Ando. Je collabore avec le groupe NP2 sur la conception et la construction du rideau coupe-feu du Théâtre Carlo Felice de Gênes. Je suis invité par l'architecte Alberto Sartoris à un "commentaire sculptural" au Circolo degli Artisti de Turin.
1993-1996 Je travaille sur un projet de résidence privée où naît mon intervention avec celle d'architecture, une action chorale des arts. Je travaille avec le groupe NP2 pour le théâtre Ariston à Sanremo. Sculpture pour le Schindler à Lucerne. Gadgets de dessin avec une empreinte artistique (Menarini, etc ...) pour les sociétés de promotion d'entreprise. Travail sur les "oxydations".
1997-1998 Concevoir la table de sculpture Skate pour une production industrielle, sera achetée par Sintesi S.p.A. qui le produira en milliers d'exemplaires et le distribuera dans le monde entier. Arrêtons les objets poétiques autoproduits en série. Nous retournons dans une entreprise moins entreprise et plus à taille humaine, nous ne créerons que des pièces plus uniques et des éditions limitées. Commandée pour une sculpture représentant un cerf pour un complexe résidentiel en bordure du parc Stupinigi, je vais essayer d'élaborer sa forme de manière abstraite. Discours pour le groupe Fata à Moscou et Riverside. Galerie et exposition personnelles Artx De Ferrari à Ferrari Maranello / Galerie Pilat Milan-Chicago.
1999-2001 Parallèlement aux techniques traditionnelles de peinture et de sculpture, l'utilisation de l'informatique; grâce à l'ordinateur et à l'appareil photo numérique, je peux concevoir mes œuvres et simuler les modifications apportées. J'expose avec Ugo Nespolo au Promoteur des Beaux-Arts de Turin à l'occasion de l'exposition Fortune, le titre de mon travail "L'important est de vendre chèrement la peau" par l'association italienne des fourreurs est censuré, je vais le changer en "Chère vache tu n'aurais jamais imaginé ça ? "... à nouveau censuré, je lui donnerai alors le titre final de" Non Comment! ". Ma table Skate est exposée avec d'autres produits représentatifs du Made in Italy (Giugiaro et Pininfarina) au Japon. Je collabore avec L’Oréal en images olfactives avec leurs essences en couleurs.
2002-2003 On m'a demandé de travailler sur la nouvelle image de Robert Wan / Tahiti Perles en pensant à un projet global pour des showrooms du monde entier, une ligne d'objets pour la maison et les bijoux. Pour ce faire, j'ai parcouru plus de 70 000 km. en vol, l'étude a été conceptuellement transférée aux avions à 10 000 m. altitude, Hong Kong, Pékin, Bali, Bangkok, Manille, Dubaï, Singapour, etc., concevant et travaillant pendant les vols et collaborant avec les structures et cultures locales. Je conçois des stands et showrooms à Bâle et Dubaï et en même temps je présente des bijoux conçus par mes soins et des objets pour l'Art de la Table qui seront distribués aux États-Unis, en Europe, au Moyen-Orient, en Asie et en Polynésie. Je transfère les expériences de mes voyages en Asie et au Moyen-Orient à mon travail, je travaille avec du bambou et des textures ethniques.
2004-2005 La collaboration se poursuit avec Robert Wan et Falaknaz Group à Dubaï et Bâle avec Karl Lagerfeld. De nouveaux décors en studio pour d'importantes marques européennes et moyen-orientales… Retour sur la toile avec une série de tableaux inspirés d'éléments figuratifs mais insérés dans des contextes abstraits. Je conçois des objets et finance à Papeete une entreprise avec l'idée de créer une distribution dans les points multimarques et hors taxes des aéroports internationaux. Deux monuments "figuratifs" sont commandés au Groupe Bertone.
2006-2008 Je poursuis mon parcours de recherche visant à transposer des éléments figuratifs "traditionnels" dans des contextes abstraits, je décontextualise des éléments du quotidien "Pictorial Supermarket and Daily Abstract Art". Je présente certaines de ces œuvres dans neuf galeries d'art contemporain, Turin, Londres, Paris, New York, Papeete, Hong Kong, Berlin, Milan, Pise, avec le même jour et la même heure de vernissage dans tous les fuseaux horaires. Veuve Clicquot croit en mon travail et me confie la création de 430 toiles (devenues plus tard 1500), des pièces uniques, inspirées de la bouteille picturale réinterprétée, je suis invité à exposer au Museè d'Orsay et la Sorbonne écrit à propos de mon approche de Warhol.Je crée des œuvres picturales pour des entreprises (Acqua San'Anna, Villa Sparina, Lavazza ...) et des collections En parallèle je continue à traiter l'image des entreprises internationales, je n'arrête pas mes recherches sur la toile mais je transpose à nouveau les expériences picturales dans d'autres et les réalités à partir desquelles je réactive les stimuli de mon travail. Je collabore avec le magazine Comunicando en m'occupant d'une chronique sur l'art. Je présente quelques "Météorites", une sculpture mondiale fragmentée, avec une structure de décharge en plastique à l'intérieur. Je crée le "Menhir contemporain", une sculpture en acier et aluminium de plus de 5 mètres de haut. Je reste à New York que je considère comme ma deuxième maison et qui continue d'être une source d'inspiration, convaincue que les rencontres, les expériences, les ambiances, les panoramas, les cultures, etc., reviennent toujours sur la toile ... "Contaminations tridimensionnelles" dans lesquelles j'aborde de vrais objets arrêtés de peinture avant de subir la métamorphose picturale comme pont entre l'histoire et le présent, j'utilise des matériaux tels que des canettes, des bouchons, des bâches de camions usagées (le "smog à peindre"), du goudron ... et je crée des œuvres qui impliquent plusieurs toiles juxtaposées et étudiées par être expédié "par avion". Je peins la "crucifixion continue". Diverses expositions personnelles. Deux de mes projets se sont classés premier et troisième dans un concours de sculpture européen, sélectionné par l'Union industrielle de Turin parmi les artistes pour le prix Odysseus.
2009-2010 Je présente ma "Crucifixion continue" au Palazzo Barolo dans une exposition (avec des pièces de Schifano, Kossut, Girardi, etc ...) à l'occasion de l'abstention "Shroud", elle a été accueillie au premier regard par la Curie comme une œuvre blasphématoire mais grâce à l'intercession de Giovanni Cordero du ministère du Patrimoine culturel puis réévalué "œuvre d'une grande et profonde spiritualité". Sculptures en bronze à la cire perdue à caractère religieux pour la chapelle Bertone. Commentaire artistique des 20 ans de Vasapolli & Associati. Grande composition décorative en corten pour une architecture de Jean Nouvel. Diverses sculptures et peintures pour collectionneurs.
2011-2013 Je conçois l'affiche "Art Up", inspirée des livres pour enfants et de certaines publicités, j'ai maintenant l'opportunité de vraiment sortir de la toile "traditionnelle" qui est devenue un ensemble d'où les protagonistes sortent pour dialoguer avec l'utilisateur, impossible encadrent désormais l'œuvre… Commande de 17 sculptures thématiques à corten de 6 mètres de haut pour décorer une façade sur l'axe Turin-Rivoli. Commentaire artistique pour une clinique dentaire et diverses interventions en architecture privée, grande fresque murale en aluminium pour la plus ancienne fonderie industrielle de France à Nantes, une "Symphonie industrielle" inspirée de leur travail. 54 Biennale de Venise, Exposition au Castello di Cavour, etc ... Sculpture en fonte d'aluminium à Moscou pour la Maison française Zilli.
2014-2017 La Fondation Bertoni me consacre une exposition en conjonction avec une anthologie sur le Nouveau Réalisme avec Spoerri, Cèsar, Artman, Rotella, etc. Interventions en architectures privées. Je retourne à New York pour capter de nouveaux stimuli et attitudes pour rendre ma peinture plus décontextualisée. Je travaille sur la couverture d'un livre. Je présente à l'exposition "Territoire et sacré, Langhe et l'Unesco" une sculpture faite de pain et de vin. J'expose mon travail avec l'intervention d'enfants au Musée Risorgimento. Et bien sûr je me consacre toujours aux interventions en architecture.

Expositions et collaborations

Gallery: Circolo degli Artisti/Torino, Gall. Bianca Pilat/Milano/Chicago, Gallery Angel Yama/Osaka, Musée d’Orsay/Paris, Promotrice Belle Arti/Torino, Galerija Napredka/Solkan, Galleria L’Occhio di Cristallo/Cuneo, Anna Kustera Gallery/New York, Biennale di Venezia, Palazzo Barolo/Torino, Galleria Il Triangolo/Torino, Galerie L’eclaireur/Paris, Galleria Arx/Torino, Paolo Tonin Arte Contemporanea/Torino, Charlick Art Gallery/London, Galerie VERI Tahiti/Papeete, Noy Center/Milano, The AAF/New York, Martin Arte Internazionale/Torino, Palazzo Lomellini/Carmagnola-To, Non Permanent Gallery/Torino, Castello Cavour/Santena-To, Raandesk Gallery/New York, Palazzo Arduino/Courgnè To, Galleria Velan/To, Castello di Montaldo-To, Galleria Internocortile/To, Fondazione Bertoni/Saluzzo-Cn, Palazzo del Risorgimento/To, etc…
Company: Veuve Clicquot Ponsardin/Paris, L.M.C. International-Les Must de Cartier/FR, Arpage Etudes de Paysage/Paris, Poggenpohl/DE, V.C.P. Hotel du Marc/Reims, Sociètè Montuni/Montecarlo, Rambaudi Industriale/Grugliasco-To, Luxury Ltd., Hong Kong, Schindler Ebikon/Luzern, FATA Group/Moscow/Riverside/Beijing, The Beers/GB, G.F.T. France/Paris, Barkat Group/Dubai, Acqua Sant'Anna/To, Gruppo Bertone/To, Falaknaz Investment Group/Dubai, Sisvel/None-To, Bus Company/To…
Other: Torino Design/Tokio, Coll.Ghini/Ferrari/Maranello-Mo, Coll.Acerbis/Bergamo, Coll. Marco Airoldi, Coll. Lavazza, Coll. I. Huppert, Coll. J. Cortes, Coll. J. Depardieu, Bread & Butter/Berlin, Corso Como 10/Milano, Maison Zilli/Paris/Moscow, etc…

Conservateurs et journalistes

Giovanni Cordero, Michele Bramante, Belloni, Susanna Bonati, Patrizia Bottallo, Matteo Bozzi, Giacomo Bramardo, Gianni Bretto, Mirella Cagliero, Marina Cassi, Nicole Cohen, Guido Curto, Francesco Frullone, Mariano Galeazzo, Olga Gambari, Gino Gorza, Paolo Levi, Brunella Manzardo, Giorgia Cassini, Angelo Mistrangelo, Monique Mizrahil, Rocco Moliterni, S. Perrone, A. Piazza, Mario Pisano, Marco Traverso, Darko, Elizabeth Thrush, Scilla Velati, Paolo Viotti, Mika Yamaji, Vittorio Sgarbi, ecc...